Mercredi 21 mai 2014.

Hindigo

Que peut l'amour? Que peut la confiance? Que peut la patience?

Ils peuvent tout. La métamorphose d'Hindigo nous l'enseigne.

Voici la belle histoire d'Hindigo et de ses adoptants.

----------------

Nous avions enfin trouvé une famille d'accueil pour Hindigo. Une famille d'accueil comme nous ne l'espérions plus. Il aura fallu des mois, bientôt six, pour que peu à peu, Hindigo se révèle à lui-même et aux autres. A tous les autres.

Au début...

Hindigo se terrait dans sa cage, Hindigo fuyait l'homme.

Devant nos encouragements, nos tentatives d'approche, il reculait.

Il tremblait, se recroquevillait pour éviter la caresse qu'il subissait.

Et il mangeait peu.

Il mangeait d'autant moins que les premiers humains, dont il avait croisé la route tout jeune chiot, prenaient un malin plaisir à l'affamer d'abord, pour mieux l'attirer ensuite vers la nourriture tant espérée.

Alors, ils le battaient, lui et son frère.

Nourriture = souffrance. Homme = coups.

Haribo a eu la chance d'être adopté très vite. Jeune encore, il a pu surmonter le traumatisme.

 

Hindigo a grandi.

Il n'intéressait personne. Ce n'était plus un chiot. Il n'était même pas beau.

Hindigo a grandi.

Seul.

Nous n'avions pas de famille d'accueil.

Vous savez : les familles d'accueil, sans lesquelles nous ne pouvons rien parce que nous n'avons pas de refuge.

 

Plus exactement, nous n'avions pas la famille d'accueil, celle qui acceptait d'avance les difficultés à venir.

Nous n'avions rien caché.

Cette famille a d'abord rendu visite à Hindigo et jour après jour l'a apprivoisé.

 

Cinq minutes à ne rien faire qu'attendre, à rester là, avec lui dans sa cage. A l'habituer à la présence de l'humain.

Cinq minutes puis dix. Accepter qu'Hindigo se cache dans sa niche à chaque tentative d'approche.

Ne pas forcer. Attendre.

Dix minutes deviennent quinze et Hindigo ne se réfugie plus aussi souvent dans sa niche. Il observe un peu, à peine. Ne pas croiser le regard de l'humain. Etre invisible. Se faire petit, tout petit.

Quinze minutes deviennent vingt. Jour après jour. Tous les jours.

Hindigo accepte le collier, accepte la laisse mais il faut presque le porter hors de la cage pour l'emmener en promenade. Courte la promenade.

Hindigo tremble. Hindigo est prostré. Hindigo n'avance pas.

Ne pas tirer. Ne pas tempêter. Retour à la cage.

 

Promenade sur 5 mètres.

Quelle est cette promenade?

Vraiment une promenade?

Promenade sur dix mètres puis quinze.

Supporter la vision d'un animal qui tremble tant il a peur. Savoir qu'on est à l'origine de cette peur. Craindre de mal faire. Redouter d'empirer son cas.

 

Et revenir le lendemain et le surlendemain. Revenir encore et toujours. Espérer. Observer.

 

Un jour vient où Hindigo tremble moins, où on peut l'emmener un peu plus loin.

Deux jours.

Trois jours. Hindigo a eu peur.

De quoi? De rien. De tout.

Un peu de vent dans les hautes herbes au bord du chemin. Une ombre projetée. Il faut le porter.

Retour à la cage, Hindigo refuse de quitter la niche.

 

Inlassablement. Essayer.

Inlassablement. Ecouter, observer pour mieux l'entendre.

 

Le grand jour. Hindigo monte une fois de plus dans la voiture qu'il a appris à reconnaître.

Le voilà parti, un peu plus loin, un peu plus longtemps.

 

Hindigo découvre un nouvel univers. Une portion seulement.

Un jardin, un autre chien. Il a peur.

Hindigo retrouve sa cage.

 

Le lendemain, Hindigo urine dans la voiture qui le conduit vers un ailleurs redouté.

Il retrouve le jardin. Il apprend ce jardin.

Hindigo retrouve un peu plus tard son univers : une cage, une niche.

 

Le surlendemain, Hindigo reste un peu plus longtemps au jardin.

Il revoit le chien. Il a peur, c'est visible.

Mais pour la première fois il se tourne vers l'humain. C'est imperceptible mais c'est là.

 

La famille d'accueil a peur aussi. Peur de ce chien si difficile. Peur des réactions de son propre chien.

Pourtant, le lendemain, Hindigo est de retour.

 

Alors, jour après jour, s'effectue le voyage de retour.

Sur place.

Dans sa famille d'accueil.

 

Hindigo mange un peu plus. Hindigo apprend le jeu. Hindigo régresse. Hindigo est un chiot. Hindigo détruit.

Hindigo joue avec l'autre chien. Hindigo s'approprie le jardin.

Hindigo accepte la caresse. Hindigo mange toujours plus. Hindigo lance des appels au jeu en direction de l'autre chien.

Hindigo cherche la caresse. Hindigo mange une chaussure. Hindigo urine dans la maison.

 

Hindigo est toujours encouragé jamais blâmé.

Hindigo apprend de l'autre chien.

Hindigo apprend des humains, de leur équanimité.

Hindigo apprend à lire leur regard, lui, qui n'osait le croiser.

Hindigo apprend à obéir. Des ordres simples. Il les comprend, il y souscrit.

Hindigo apprend les voix, les bruits. Il est moins inquiet, il est plus attentif, il est plus réceptif.

 

Hindigo a moins peur quand la famille d'accueil reçoit ses amis.

Moins peur, quand, dans son petit univers surviennent d'autres chiens, ceux des amis...

 

Hindigo sort en promenade. Une vraie promenade.

Sur une sente. Sur une bande de bitume.

Chaque jour. Un peu plus chaque jour.

 

Hindigo a forci. Il n'est plus maigre.

Hindigo a choisi. Hindigo a compris. Hindigo joue. Seul, en compagnie.

Hindigo à présent s'alimente et manifeste ses besoins.

Ses besoins de jeu, ses besoins de caresses, ses besoins de présence.

---------------

Ici s'achève la belle histoire d'Hindigo. 

Sa famille d'accueil ne sera plus famille d'accueil.

Sa famille d'accueil est devenue sa famille.

Hindigo a été adopté. 

 

 

 

---------------

 

Voici bientôt un an, deux très jeunes chiens d'environ un an ont été "déposés" à la fourrière de Caubeyres dans un état de maigreur alarmant. L'expression "n'avoir que la peau sur les os" prenait avec Hindigo et Haribo tout son sens. Il y avait urgence.

386667_320682958037828_1446349603_n734218_320682994704491_1101225553_n

 

L'association Quat'Pattes les a sortis de la fourrière. Grâce aux bons soins d'une bénévole, les chiens ont grossi et Haribo a trouvé une famille d'adoption. Hindigo, non.

Hindigo est resté très craintif tant les mauvais traitement jadis subis l'ont marqué. Patience et douceur seront les clés de son adoption.

Hindigo est très gentil, il s'entend très bien avec ses congénères. Aujourd'hui, il a environ 2 ans  et vous attend depuis un an.

Hindigo a été castré, il est identifié électroniquement et vacciné. 

Contacter l'association Quat'Pattes au : 05. 53. 71. 42. 17. ou

le chenil des Lauriers au : + 33 (0) 5. 53. 70. 51. 78.

Merci pour lui.

 

 

84082916_p

DSCN0353 - Copie

DSCN0354 - Copie

 

 

 739969_10200185431339674_293322772_o